· 

Récupération de la cire d'Abeilles; L'Abeille Noire

Lorsque vous élevez des abeilles, vous êtes en contact avec les rayons élaborés en cire par elles. Deux écoles règnent dans ce domaine, les apiculteurs qui placent des feuilles de cire gaufrées dans les colonies. Les cires gaufrées sont issues d'un laminoir ou d'un gaufrier où la cire recyclée et souvent mélangée à d'autres composants est modelée pour permettre aux abeilles d'utiliser moins de miel pour fabriquer la cire. Elles n'ont plus alors qu'à étirer les feuilles gaufrées. Ce principe impose aux abeilles un calibre de cellules d'ouvrières avec un nombre bien précis au dm² (souvent 750 cellules/dm²). L'autre école laisse les abeilles construire les rayons à leur guise. L'abeille fait suinter une huile de ses glandes cirières abdominales qui se durcit au contact de l'air en paillettes. Celles-ci sont malaxées avec pollen et propolis et entrent dans la fabrication des rayons. Les abeilles, suivant leur race, déterminent elles-mêmes la taille des cellules et si elles veulent des cellules d'ouvrières ou de mâles, ...

Lorsque l'on travaille avec des ruches Warré, on se retrouve avec beaucoup de rayons de cire écrasés pour récolter le miel. Par ce procédé, un roulement des rayons se fait automatiquement, la nouvelle cire est construite dans le bas de la ruche, celle du haut est récoltée en même temps que le miel.

Lorsqu'on travaille avec des ruches à cadres comme le modèle Dadant, on remplace fréquemment les cadres, pour éviter les problèmes sanitaires qui s'accumulent dans les vielles cires (un roulement de trois ans est bienvenu).

Il y a différentes qualités de cires. La cire d'opercules est la plus pure, récupérée de la récolte du miel, lorsque l'on désopercule les rayons pour la récolte du miel. Vient ensuite la cire des rayons n'ayant contenu que du miel et enfin la cire des rayons du nid à couvain, contenant les restes et impuretés des cocons du couvain, des traces de traitements chimiques contre le varroa, ...

La cire de moindre qualité sera utilisée pour des usages tels, vernis, bougies, encaustiques, peintures, ... La cire la plus pure sera utilisée pour des usages plus nobles: cosmétiques, alimentaires, savons, ... retour aux ruches par la fabrication de cire gaufrées.

Quoi qu'il en soit, cette matière précieuse ne doit pas être gaspillée. Certains préconisent de brûler les rayons réformés, c'est une mesure extrême que je n'approuve pas.

Tous les restes de brèches de rayons ou les rayons qui sont passés à la presse chez nous (ainsi même que les restes de cellules royales) sont placés dans un cérificateur solaire. C'est somme toute un coffre en bois contenant un caisson de métal et refermé par une vitre ou un plastique en polycarbonate. Ce cérificateur, sera exposé au soleil. Les rayons solaires piégés dedans font effet de serre et la chaleur emprisonnée s'accumulant fait fondre la cire d'abeille contenue dans les restes de rayons. La cire entre en fusion à 63°C et s'écoule au travers d'une grille où les plus gros déchets sont retenus. La cire s'écoule en goutte-à-goutte, ce qui fait qu'elle est pratiquement propre, très peu de particules sont emportées avec. Le pain de cire récolté se solidifiera lorsque le soleil ne chauffera plus la vitre. Ce pain de cire sera nettoyé en grattant le talon de ses dernières impuretés. Il est possible de refondre cette cire après et d'en faire des blocs de poids bien précis qui peuvent se conserver des années avant de l'utiliser pour un usage ou l'autre.

J'ai retrouvé chez mes parents des blocs de cire qui étaient entreposés dans des seaux depuis plus de 25 ans. La cire n'avait pas bougé.

Les restes de rayons dont la cire a été extraite produisent d'excellents allume-feu naturels pour le feu de bois, le charbon,... dans la cassette à bois, les barbecues, ...

Écrire commentaire

Commentaires: 0