· 

Agrandissement des colonies, renouvellement des cires; L'Abeille Noire

Une des tâches de l'apiculteur est de faire en sorte qu'il y ait un renouvellement important des cires dans la ruche, c'est-à-dire la moitié des cadres par an. C'est par ce procédé, entre autres que les rayons restent en bon état, que les germes et maladies ne s'entassent pas dans la colonie.

La reine pond dans les cellules hexagonales. Des œufs naitront des larves qui se transformeront en nymphes pour devenir des abeilles adultes.

A chaque fois qu'une abeille adulte sort de la cellule où elle est née, elle défèque un peu avant. Même si les nettoyeuses de la colonie passent après pour nettoyer cette cellule avant que la reine ne vienne à nouveau y pondre, il reste toujours des traces et de toute façon, les cocons des nymphes s'entassent les uns après les autres formant des couches successives que les nettoyeuses ne savent pas retirer et qui réduisent toujours un peu plus la cellule, laissant aussi les microbes, bactéries et spores dedans pour les suivantes. De naissance en naissance, les générations d'abeilles sont toujours un peu plus petites, de plus en plus étriquées par ces cloisons qui resserrent toujours plus l'espace. 

Pour les ruches à cadres, l'apiculteur introduit des cires dites "gaufrées", laminées ou coulées, récupération de la cire d'opercules retirés à la récolte du miel. Cette cire est fondue et passée en rouleaux avec matrice ou en gaufrier à cire qui imite la forme hexagonales des constructions d'abeilles.

L'apiculteur n'est pas obligé de remplacer les vieux cadres par de la cire gaufrée. Les abeilles peuvent très bien se débrouiller pour secréter leurs propres paillettes de cire et les amalgamer pour construire les rayons de la ruche; c'est d'ailleurs comme cela que je pratique avec les ruches Warré, qui restent ma préférée des ruches. 

Dans un autre article, nous vous décrirons comment cela se passe.

Écrire commentaire

Commentaires: 0