· 

Le nourrissement des abeilles; L'Abeille Noire

Est venu le temps de nourrir ses abeilles si elles en ont besoin ... En cette année fort particulière, le besoin est présent pour beaucoup de colonies, pour certaines c'est déjà trop tard. Beaucoup d'apiculteurs me confient qu'ils ont déjà perdu des colonies à cette époque de l'année. La visite précédente ça va, la semaine suivante, les colonies sont en train de crever ... de faim. La météo et la pluie rincent la moindre fleur, les abeilles sortent peu, si elles le font, elles ne trouvent pas assez pour ramener des provisions à la ruche.

 

En temps normal, je laisse hiverner les colonies d'abeilles noires sur 2 ou 3 éléments de ruche Warré. Cela dépend de la force de la colonie, de la place que prend la reine pour développer son couvain. L'élément du dessus est souvent rempli de miel, de leur miel, que je leur laisse bien volontiers, elles ont travaillé pour cela comme des forcenées. L'abeille mellifère est un animal amasseur (ne pas confondre avec un animal à ma soeur; elle n'élève pas d'abeilles 🤣), amasseur exessif. Elle récolte des provisions plus que nécessaire si elle le peut. C'est ce qui permet aux apiculteurs raisonnables et respectueux de leurs abeilles de pouvoir récolter du miel, ils récoltent le surplus qu'elles ne consommeront pas jusqu'au printemps, leur laissant bien assez pour passer l'hiver de manière confortable. Un élément Warré plein de miel, contient environ 15 à 16 KG de miel. L'apiculture moins raisonnable à tendance à récolter tout ce qui est possible, rendant une nourriture de remplacement moins onéreuse que le miel, mais qui, si elle apporte le pouvoir calorifique aux abeilles, ne leur offre pas tous les oligo-éléments et vitamines dont elle a aussi grandement besoin.

 

Quand un peu plus haut je dis que cette année est fort particulière, c'est parce qu'on peut dire qu'il aura plu toute l'année. Laissant peu de périodes à nos abeilles pour faire de grosses récoltes plus qu'abondantes. Alors me direz-vous pourquoi avoir récolté du miel s'il est si rare cette année ? Et bien je vous répondrai que malheureusement, nous n'avons pas un pouvoir de divination, même Mesdames et Messieurs météo ne peuvent prévoir cela sur autant de semaines à l'avance. Nous récoltons pour laisser place à la récolte suivante et puis... celle-ci ne vient pas. D'ailleurs, cette année, nous avons récolté très peu de miels (5 sortes différentes sur les différents ruchers), sporadiquement, pas plusieurs fois dans tous les ruchers comme on le ferait habituellement.

 

Donc, est venu le temps de nourrir ses abeilles si nous voulons les voir survivre aux longs mois d'automne et d'hiver et arriver aux premières floraisons de février mars, aux saules marsault. Pour ce faire, nous fabriquons un sirop lourd, autre que le sirop de stimulation qui est employé dans certains cas pour aider un essaim ou une jeune colonie à se développer (le sirop stimulant est composé dans ce cas de 50% de sucre et de 50% d'eau). Pour faire le sirop lourd, nous utilisons moins d'eau afin de ne pas trop fatiguer les abeilles à l'évaporer. Nous mélangeons à froid, avec une foreuse et un mélangeur à hélices, les ingrédients pour les fondre et transformer en sirop. Ce mélange est constitué de 10 Kg de sucre semoule S2 + 6 L d'eau + 150 ml de vinaigre et 4 gouttes d'huile essentielle de girofle. L'huile essentielle de girofle stimule la ponte de la reine. Certaines ont arrêté de pondre cet été, les rentrées de nectar et pollen étant trop faible pour permettre un bon élevage des larves, du couvain. Le sirop est mélangé quelques minutes, plusieurs fois sur 24 heures et lorsqu'il est bien fondu (transparent jusque dans le fond du seau) il sera distribué dans les nourrisseurs. Chez nous, ce sont des nourrisseurs couvre-cadres en bois, placés au-dessus de la ruche. Nous pouvons y verser 3 litres de sirop à la fois. Un seau de 10 KG de sucre sera amplement suffisant pour nos abeilles noires (qui ont malgré tout déjà du miel en stock). D'autres races d'abeilles doivent avoir 18 à 20 Kg de sucre pour pouvoir survivre, beaucoup moins économes que nos petites avettes, élevant beaucoup plus de couvain et d'ailleurs il faudra certainement compléter les réserves en hiver avec plusieurs pains de candi pour arriver au printemps.

 

Attention, lorsque vous faites le mélange. Je le fais dehors car la moindre goutte au sol colle dans toute la maison. Cependant, les abeilles étant affamées, elles vont finir pas se précipiter sur les seaux pour venir piller le sirop. Au premier mélange, ça va encore, elles ne connaissent pas l'odeur et le goût du sirop à l'huile essentielle de girofle. Dès qu'elles en ont reçu une fois dans les nourrisseurs, c'est autre chose... les éclaireuses trouvent vite le butin, se repérant à l'endroit où je mélange, à la couleur et la forme des seaux ainsi qu'à l'odeur. Si vous ne prenez pas la précaution de faire ça très tard le soir ou très tôt le matin, si vous ne fermez pas les couvercles de manière hermétique, si vous ne rincez pas le sirop tombé au sol, vous allez vite être submergé par un bataillon de milliers d'abeilles qui viennent pour piller vos seaux. C'est dangereux pour vous, et pour elles, c'est la guerre à celles qui ramassent le plus, le plus vite possible, laissant des mortes sur le carreau et risquant de propager des maladies dans cette cohue, dans ces boules d'abeilles se bagarrant. De plus, la frénésie peut être telle que les ouvrières commencent à attaquer les ruches qui sont plus faibles, ont moins de gardiennes et là, c'est la catastrophe pour la ruche pillée, qui peut en quelques minutes ou heures être détruite.

 

Espérons qu'enfin quelques semaines de beau temps s'installent afin de faire fleurir nos ronces, trèfles, lierres, renouées (envahissante mais nourricière) et offrir du nectar et pollen pour que nos abeilles élèvent de bonnes abeilles d'hiver. C'est à partir du 15 août que la reine pond les abeilles d'hiver qui vont pouvoir permettre à la colonie de passer l'hiver et arriver au printemps.

Écrire commentaire

Commentaires: 0