De la couleur pour nos abeilles; L'Abeille Noire

Aujourd'hui, je vous présente différents nuclei et ruchettes de fécondation pour les reines. Ceux-ci sont différemment colorés.

C'est Karl von Frish (1886 - 1983), professeur de zoologie à l'Université de Rostock en 1921, de Breslau en 1923 et de Munich en 1925, qui a mis en évidence le fait que les abeilles voient et distinguent les couleurs. A l'époque il était couramment admis que les abeilles et les insectes voyaient en noir et blanc. Karl von Frish s'est penché sur la question car il trouvait étonnant que les fleurs soient colorées. En effet, la nature ne fait pas dans le compliqué pour rien, si elle offre nectar et pollen aux insectes, la couleur proposée doit bien être un moyen d'attirer l'attention des insectes. Sinon, à quoi bon ?

 

En faisant ses études, il a mis en exergue que les abeilles non seulement voient en couleur, mais qu'en plus elles font la distinction des couleurs par rapport à d'autres. Voici donc une grande avancée dans la compréhension du phénomène de distinction des couleurs et du rapport entre celles-ci et l'abeille. Si tant de couleurs sont proposées dans la nature, c'est parce que chaque espèce de plante est en compétition avec ses voisines pour attirer le plus grand nombre possible de visiteurs afin d'être fécondée. Karl von Frish a mis cela en avant en plaçant de petites coupelles transparentes à disposition pour les abeilles, posées sur de petits cartons colorés différemment (sous vitre pour ne pas influencer les abeilles avec les différentes odeurs des pigments de la peinture). Dans l'une des coupelles, il y avait du sirop de sucre, neutre, sans odeur. Il fallait attendre parfois longtemps pour obtenir le passage d'une abeille. Cependant, quand celle-ci venait lécher le sirop puis s'envolait vers sa ruche, il ne fallait que quelques minutes a beaucoup plus d'abeilles pour venir ramasser le sirop (l'abeille "éclaireuse" avait communiqué à ses soeurs l'endroit où trouver le précieux butin). En plaçant le sirop sur un couleur bien distincte, les abeilles venaient s'approvisionner toujours à la même coupelle (la seule contenant le sirop). Ensuite plusieurs expériences ont été faites comme de déplacer les coupelles avec les couleurs, les abeilles se dirigeaient vers la coupelle avec la couleur à laquelle elles étaient habituées. Elles continuaient aussi à aller sur la couleur habituelle même si le sirop était retiré ou placé sur une autre couleur.

 

Pour revenir aux ruchettes de fécondation, si les abeilles ouvrières distinguent les couleurs, la reine en fait de même. Lorsque la reine effectue son premier vol d'orientation, dans les 10 premiers jours de sa vie, elle sort de sa ruchette et s'éloigne de celle-ci en réalisant des cercles dans l'air face à l'entrée de la ruchette. Les cercles s'agrandissent toujours plus mais elle fixe en mémoire les détails de son environnement et notamment, la couleur de l'entrée de sa ruchette. C'est très important, car au vu du nombre de ruchettes qui sont placées côte-à-côte, si elle se trompe d'entrée à son retour et donc de colonie, les abeilles gardiennes de cette dernière tueront l'étrangère qui s'est trompée. Les couleurs différentes vont donc leurs permettre de mieux se repérer dans leur espace et ainsi permettre que plus de reines rentrent à bon port de leurs vols de fécondation.

A savoir, les couleurs sont perçues différemment que nous par les abeilles. Celles-ci voient en plus la couleur ultra-violette, nous pas. Ainsi une simple fleur d'un jaune banal pour nous peut être de plusieurs nuances de couleurs pour une abeille. Autant de balises pour l'aider à aller trouver son nectar plus facilement et ainsi accélérer la pollinisation de la fleur.

Écrire commentaire

Commentaires: 0