Le massacre des faux-bourdons; L'abeille Noire

Il y a déjà plusieurs semaines que le massacre a commencé. Pas dans tous les ruchers, pas dans toutes les ruches. Ce phénomène naturel survient chaque année.

Revenons au moment du printemps, fin mars, début avril. La reine pond des oeufs, s'est un de ses rôles principaux. Si la reine pond des oeufs fécondés, il se développeront en femelles, ce qui produira la plupart du temps, des ouvrières, parfois des reines. Si elle pond dans des cellules adéquates, plus larges, des oeufs non fécondés, ils se développeront aussi, produisant des mâles, appelés couramment faux-bourdons. De la ponte de l'oeuf au faux-bourdon adulte, il faut compter 24 jours. En émergeant, le jeune mâle adulte n'est pas encore mature sexuellement. Il sera d'abord nourri par les ouvrières pendant environ une semaine, après quoi il peut se nourrir seul dans les rayons de la ruche vers huit jour, il fera ses premiers vols de repérage hors de la ruche et vers 15 jours, il est prêt à s'accoupler avec une jeune reine s'il en a l'occasion; accouplement réussit rimant avec mort instantanée du vainqueur; pas facile la vie du faux bourdon...

En dehors de l'accouplement, le mâle participe dans une certaine mesure à un échange de phéromones dans la colonie, à la stabilité de la chaleur du couvain dans la ruche permettant à plus de butineuses de sortir de celle-ci. Il se dit que beaucoup de mâles se trompent de ruche au retour de leurs vols, je pense que cela fait partie de leur nature, ils sont acceptés sans souci par les autres colonies.

Attention, les quelques centaines à milliers de mâles qui font partie de la vie de la communauté au printemps et en été n'a qu'un temps. Le mois de juin comptabilisant le plus d'individus par colonie; qui coïncide avec la période d'essaimage. Quand l'été est bien entamé, voir en début d'automne, les mâles commencent à se faire houspiller par les ouvrières, ceux-ci se retranchent en périphérie des rayons, se nourrissant seuls. Ensuite les abeilles deviennent moins sympas, elles les empêchent de se nourrir, affaiblissant ainsi ces colosses qui petit à petit sont poussés vers la sortie de la ruche. Ainsi beaucoup s'engourdissent et meurent hors de la ruche, trop faibles pour la réintégrer. D'autres s'envolent et trouvent une autre colonie qui les accueille encore. Les mâles sont ainsi expulsés en douceur et l'on s'en aperçoit à peine ou alors, les ouvrières sont plus déterminées et là, c'est l'hécatombe, le massacre des faux-bourdons. Les ouvrières se mettant à plusieurs pour rejeter les mâles, les piquant aussi pour les tuer comme vous pouvez le voir sur les photos. On retrouve devant ces ruches de véritable cimetières de faux-bourdons.

A l'heure où tous les mâles sont exterminés, d'autres colonies les acceptent. Ces ruches sont à surveiller dans ce cas. Soit la reine est défaillante et la colonie sent qu'elle doit épargner les mâles pour laisser une chance à la nouvelle reine de pouvoir être fécondée, soit la colonie n'a plus de reine du tout, plus de moyen de remérage et donc cette colonie devient bourdonneuse, les mâles des environs sont acceptés et certaines ouvrières pondent aussi des oeufs, non fécondés, qui à leur tour donneront des mâles. Ces colonies garderont des mâles en hiver mais finiront par péricliter.

Écrire commentaire

Commentaires: 0