Voici venu le temps des essaims; L'Abeille Noire

Le temps où les essaims d'abeilles sortent pour conquérir de nouveaux horizons est arrivé. La floraison des renoncules (boutons d'or) marque souvent cette saison.

Cet essaim est en train de se former, en grappe d'abeilles noires tout juste sorties de la ruche. Elle s'accrochent à la base de la ramure de notre pommier. L'essaim est parti est s'est déposé à peine à vingt mètres de sa ruche d'origine. Le reine étant la reine féconde et donc volant moins facilement qu'une reine vierge parce qu'encore alourdie par ses œufs. En parlant de reine, observez bien le point bleu sur certaines photos, c'est la reine avec sa couronne (humour). En apiculture, cela se nomme une pastille. Celle-ci est bleue et porte le numéro 29. Bleu, c'était la couleur (mondiale) pour les reines nées en 2020. Cette année, les reines seront marquées avec une pastille blanche.

Nous concernant, au rucher l'Abeille Noire. Une reine d'à peine un an qui essaime n'est pas une reine qui retient notre attention de manière qualitative. Nous n'élèverons jamais une descendance venant de celle-ci. En effet, le besoin d'essaimer est produit pas un gène d'origine maternelle. Ce gène se transmet aux filles de cette mère et donc les futures reines feront de même. S'il est vrai que cela fait partie de la nature, et que c'est un spectacle fantastique à voir à chaque fois qu'il se renouvelle, il n'empêche que pour l'apiculteur, le risque de ne pas voir cet essaim partir et de le perdre est grand. Certains voisins, peu accommodants pourraient être gênés par l'arrivée de cet essaim, ce n'est jamais agréable de subir la grogne du voisinage. L'essaim qui se pose sur un piquet, dans un arbre ou ailleurs est relativement facile à récupérer pour un apiculteur. Mais la deuxième étape, c'est quand les éclaireuses auront trouvé leur futur logement et là, cela peut être dans de nombreux endroits où il est parfois très difficile de les déloger. Avant, les vieux arbres dans les forêts offraient souvent des cavités propices à leur installation. A présent, ces cavités naturelles sont rares, ce qui fait que certains essaims s'enruchent dans des vides ventilés de maisons, toitures, caisses à volet, cheminées, ... moins amusant. Si de plus ils restent en place parce qu'ils ne dérangent pas, ces essaims deviendront rapidement des foyers d'infestations pour les ruchers du voisinage à cause de parasites comme le varroa, acarien prédateur mortel pour l'abeille.

Un autre désagrément pour l'apiculteur de subir l'essaimage, est de voir la récolte de miel tant attendue s'envoler avec ces petites farceuses. Elle se gorgent toutes de miel pour tenir le coup quelques jours en attendant de pouvoir construire leurs nouvelles bâtisses en cire.

Croyez-moi, sélectionner des abeilles qui ont une tendance à l'essaimage presque nulle est un avantage certain pour l'apiculteur.

Si vous repérez un essaim, appelez l'apiculteur près de chez vous, tout le monde connait bien un apiculteur près d'où il habite.

Écrire commentaire

Commentaires: 0